Pollution d’une eau par des hydrocarbures de type gasoil

Une eau polluée a été analysée à l’aide du couplage HeadSpace/GCMS (HS/GCMS) qui permet de s’intéresser aux Composés Organiques Ultra Volatils.
Il est possible via cette technique analytique de volatiliser les composés très légers grâce au module HS, puis les séparer grâce au module de chromatographie gazeuse et les identifier/quantifier par le détecteur MS.

L’échantillon est placé dans un vial étanche au gaz et scellé hermétiquement à l’aide d’un septum adapté.

Le vial est placé dans un four à une température définie afin de générer un espace de tête (équilibre entre la phase liquide/solide et la phase vapeur). Ensuite l’aiguille d’injection va venir pressuriser l’intérieur du vial à l’aide du gaz vecteur pendant quelques minutes. Grâce à l'action d'un jeu de vannes situé en amont de l'aiguille, l'arrivée du gaz vecteur se trouve en position fermée et l'échantillon gazeux sous pression est injecté dans la colonne chromatographique sous l'effet de la détente (prélèvement à balance de pression). Les vannes sont ensuite réouvertes de façon à introduire le gaz vecteur dans le flacon, ce qui a pour effet de stopper l'injection.

Lors de l’injection dans le GC, toutes les molécules organiques volatilisées vont être séparées par la colonne chromatographique puis identifiés par le détecteur MS (spectrométrie de masse). L’aire des pics chromatographiques de chaque composé est proportionnelle à leur teneur dans l’échantillon.

Cette technique est préconisée pour les échantillons :
    - Liquides : Matrices aqueuses, Huiles, Emulsions, Gels…
    - Solides : Polymères, Résines, Sols…
Elle est préconisée pour les traces ou les constituants majoritaires, pour les matrices complexes, et permet de ne pas incorporer de solvant dans l’échantillon (sans préparation).


Les limites de quantification sont particulièrement basses pour certains composés (ie. 4 ppb pour les aliphatiques).